Université Jean Moulin Lyon 3 - Faculté de Droit

Partagez cet article

La construction politique du consensus nucléaire français

Par Yannick Pincé

Résumé

La recherche stratégique et l’historiographie mettent en avant l’idée d’un consensus national français sur la politique étrangère et de sécurité à partir du ralliement de la gauche à la force de frappe à la fin des années 1970. Cette note de recherche interroge ce paradigme du consensus en analysant le processus d’acceptation de l’arme nucléaire par les forces politiques qui y étaient opposées. Elle fait le constat qu’il n’y a, en réalité, jamais eu d’opposition de principe de la part des dirigeants de la gauche française à l’arme nucléaire en elle-même mais qu’accepter la force de frappe ne fait pas un consensus puisque des divergences demeurent au niveau de l’opinion publique et entre les forces politiques françaises notamment en ce qui concerne la doctrine stratégique. L’adhésion à la dissuasion nucléaire se fait donc plus tard que les ralliements des années 1970. L’échec du mouvement pacifiste français contre la double décision en raison d’une attitude ambiguë du PCF et l’échec de la droite à contrer François Mitterrand sur les questions de sécurité, permettent à ce dernier de se poser en garant de la doctrine stratégique dite gaulliste et homme du consensus au moment de sa réélection en 1988.

A propos de l'auteur

Yannick Pincé est professeur agrégé d’histoire-géographie en CPGE au lycée Jean-François Millet de Cherbourg-en-Cotentin. Doctorant en histoire contemporaine à l’université Paris 3 Sorbonne Nouvelle (ICEE – ED 625) sous la direction du Pr. Frédéric Bozo, il rédige une thèse de doctorat sur le débat stratégique français dans les années 1980.

Dans la collection

Pensée stratégique

Capacités stratégiques hautes et assistance militaire défensive dans la guerre d’Ukraine : le dilemme du double seuil

L’un des éléments majeurs du face-à-face russo-ukrainien est naturellement son caractère nucléaire potentiel. Cette dimension incite l’administration Biden à ne pas laisser la guerre d’Ukraine dégénérer en un conflit majeur qui opposerait directement Américains et Russes. Cette limite fait du problème de la co-belligérance occidentale un élément-clé de l’équation politico-militaire du conflit. Tenant compte de ce contexte, cette note met en rapport le « seuil » tactico-opératif lié à cette fourniture d’armement avec un deuxième seuil de nature politico-stratégique, qui est quant à lui influencé par le phénomène de l’interconnexion des capacités stratégiques hautes, et qui ouvre sur le concept délicat de dissuasion multidomaines.

𝐉𝐚𝐧𝐯𝐢𝐞𝐫 𝟐𝟎𝟐𝟑

Par Olivier Zajec
Découvrir ce projet

Comment trouver le Nord dans l’Espace ? Perspectives spatiales de la Boussole Stratégique européenne

Le Conseil de l’Union européenne a publié ce lundi 21 mars 2022 la très anticipée Boussole Stratégique, censée permettre à l’Union et à ces États membres de faire « un bond décisif » pour le développement d’une stratégie commune de sécurité et de défense.
𝐀𝐯𝐫𝐢𝐥 𝟐𝟎𝟐𝟐

Par Valentin Degrange
Découvrir ce projet

Note d’exploitation du wargame spatial réalisé le 19/11/2021

Dans le cadre de sa labellisation comme centre d’excellence du Ministère des Armées, l’IESD inclut dans ses objectifs et méthodes la pratique du Wargaming comme outil de recherche stratégique expérimentale. Il permet la confrontation virtuelle des conceptualisations et des technologies aux dynamiques des relations internationales. La simulation spatiale conduite en l’espèce, première d’une série œuvrant sur la mise en pratique des recherches conduites sur ce milieu, a porté sur une gestion de crise et de ses conséquences mettant aux prises les grandes puissances dans un scénario de space traffic management.

𝐅𝐞́𝐯𝐫𝐢𝐞𝐫 𝟐𝟎𝟐𝟐

Par Thibault Fouillet
Découvrir ce projet

À lire également

Les maîtres silencieux des océans : les enjeux stratégiques et de non-prolifération des sous-marins à propulsion nucléaire en Australie et au Brésil

Lors de la Conférence générale de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) en 2022, le Directeur général Rafael Grossi souligne que « le monde de la prolifération et des garanties nucléaires évolue », et que cette évolution engendre des enjeux techniques et politiques importants. L’annonce de l’accord AUKUS et l’avancement du programme brésilien de sous-marins à propulsion nucléaire reflètent des réajustements géopolitiques régionaux. Sur le plan international, le système de garanties de l’AIEA est mis en épreuve par ces évolutions dans la mesure où elles entraînent des risques de prolifération nucléaire. Comment l’acquisition de sous-marins à propulsion nucléaire impacte-t-elle l’équilibre stratégique à la fois régional et international et les normes de non-prolifération nucléaire ?

𝐉𝐚𝐧𝐯𝐢𝐞𝐫 𝟐𝟎𝟐𝟑

Par Douglas Rocha

Capacités stratégiques hautes et assistance militaire défensive dans la guerre d’Ukraine : le dilemme du double seuil

L’un des éléments majeurs du face-à-face russo-ukrainien est naturellement son caractère nucléaire potentiel. Cette dimension incite l’administration Biden à ne pas laisser la guerre d’Ukraine dégénérer en un conflit majeur qui opposerait directement Américains et Russes. Cette limite fait du problème de la co-belligérance occidentale un élément-clé de l’équation politico-militaire du conflit. Tenant compte de ce contexte, cette note met en rapport le « seuil » tactico-opératif lié à cette fourniture d’armement avec un deuxième seuil de nature politico-stratégique, qui est quant à lui influencé par le phénomène de l’interconnexion des capacités stratégiques hautes, et qui ouvre sur le concept délicat de dissuasion multidomaines.

𝐉𝐚𝐧𝐯𝐢𝐞𝐫 𝟐𝟎𝟐𝟑

Par Olivier Zajec

La scène antimissile eurasiatique. De l’Ukraine au Japon, une mise en perspective exploratoire des connexions géostratégiques entre les fronts européen, arctique et est-asiatique

La défense antimissile appartient à un domaine qui pourrait être désigné comme celui des capacités stratégiques hautes (nucléaire, espace extra-atmosphérique, défense antimissiles, puissance aérienne future, fonds marins). En évolution constante, les interconnexions de ces champs modifient les équations de maîtrise des espaces encore qualifiés de « communs » par habitude, mais qui deviennent en réalité, de plus en plus contestés. En tenant compte des effets géostratégiques de long terme de l’invasion de l’Ukraine, la présente note a pour objet de synthétiser certains des enjeux concernant les réseaux antimissiles régionaux autour desquels s’articule une partie du face-à-face de moins en moins indirect entre Chine, États-Unis et Russie.

𝐌𝐚𝐢 𝟐𝟎𝟐𝟐

Par Olivier Zajec