Université Jean Moulin Lyon 3 - Faculté de Droit

Partagez cet article

L’affirmation de la stratégie des États-Unis en matière de technologies nucléaires spatiales

Par Amaury Dufay

Résumé

Depuis 2017, l’intérêt des États-Unis pour les applications de l’énergie nucléaire dans le domaine spatial apparaît renouvelé. Dans un contexte de compétition internationale grandissante, ces applications bénéficient même d’un soutien politique de plus en plus structuré. L’objectif de cette note est d’examiner ces développements afin de mettre en perspective les enjeux qui les accompagnent. Bien que destinées en priorité à l’exploration interplanétaire (alimentation énergétique de surface et propulsion hautes performances) les technologies nucléaires spatialisées demeurent en effet duales. Par leur nature même, elles posent des problèmes de prolifération qui intéressent le champ du droit comme celui des études stratégiques et la science politique de l’international. Ces technologies constituent aussi un défi en termes de perceptions, dans la mesure où elles possèdent un impact certain sur la manière dont l’opinion publique perçoit l’orientation sécuritaire imprimée aux politiques spatiales par les gouvernements et les organisations internationales.

A propos de l'auteur

Amaury Dufay est chargé d’études au sein de l’Axe Spatial de l’IESD. Amaury Dufay est chargé d’études au sein de l’Axe Spatial de l’IESD. Il est spécialiste des dynamiques du technologiques et capacitaires du New Space. Son expertise se développe plus particulièrement sur les enjeux stratégiques des systèmes de propulsion avancés, l'arsenalisation et la tactique spatiale.

La propulsion nucléaire thermique consiste à utiliser un cœur de réacteur nucléaire pour chauffer une masse propulsive

Amaury Dufay
20 octobre 2021
Annonce de la reprise de la propulsion nucléaire par la NASA
Dans la collection

Analyse techno-capacitaire

Les maîtres silencieux des océans : les enjeux stratégiques et de non-prolifération des sous-marins à propulsion nucléaire en Australie et au Brésil

Lors de la Conférence générale de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) en 2022, le Directeur général Rafael Grossi souligne que « le monde de la prolifération et des garanties nucléaires évolue », et que cette évolution engendre des enjeux techniques et politiques importants. L’annonce de l’accord AUKUS et l’avancement du programme brésilien de sous-marins à propulsion nucléaire reflètent des réajustements géopolitiques régionaux. Sur le plan international, le système de garanties de l’AIEA est mis en épreuve par ces évolutions dans la mesure où elles entraînent des risques de prolifération nucléaire. Comment l’acquisition de sous-marins à propulsion nucléaire impacte-t-elle l’équilibre stratégique à la fois régional et international et les normes de non-prolifération nucléaire ?

𝐉𝐚𝐧𝐯𝐢𝐞𝐫 𝟐𝟎𝟐𝟑

Par Douglas Rocha
Découvrir ce projet

La scène antimissile eurasiatique. De l’Ukraine au Japon, une mise en perspective exploratoire des connexions géostratégiques entre les fronts européen, arctique et est-asiatique

La défense antimissile appartient à un domaine qui pourrait être désigné comme celui des capacités stratégiques hautes (nucléaire, espace extra-atmosphérique, défense antimissiles, puissance aérienne future, fonds marins). En évolution constante, les interconnexions de ces champs modifient les équations de maîtrise des espaces encore qualifiés de « communs » par habitude, mais qui deviennent en réalité, de plus en plus contestés. En tenant compte des effets géostratégiques de long terme de l’invasion de l’Ukraine, la présente note a pour objet de synthétiser certains des enjeux concernant les réseaux antimissiles régionaux autour desquels s’articule une partie du face-à-face de moins en moins indirect entre Chine, États-Unis et Russie.

𝐌𝐚𝐢 𝟐𝟎𝟐𝟐

Par Olivier Zajec
Découvrir ce projet

Le missile de croisière mer-sol nucléaire (SLCM-N) : conséquences pour la stratégie nucléaire américaine et la maîtrise des armements

En mai 2021, l’administration Biden confirmait la décision de financement du missile de croisière mer-sol nucléaire (SLCM-N), l’un des programmes les plus controversés du mandat de Donald Trump. La décision fut accueillie avec surprise chez certains analystes. En fin de compte, après des discussions importantes au sein du gouvernement et des forces armées, l’administration démocrate semble avoir revu sa décision et a annulé le programme SLCM-N. Dans l’attente de la NPR 2022, l’annulation du missile peut être interprétée comme un indice de l’approche de l’administration Biden en matière de stratégie nucléaire.

𝐀𝐯𝐫𝐢𝐥 𝟐𝟎𝟐𝟐

Par Douglas Rocha
Découvrir ce projet

À lire également

Comment trouver le Nord dans l’Espace ? Perspectives spatiales de la Boussole Stratégique européenne

Le Conseil de l’Union européenne a publié ce lundi 21 mars 2022 la très anticipée Boussole Stratégique, censée permettre à l’Union et à ces États membres de faire « un bond décisif » pour le développement d’une stratégie commune de sécurité et de défense.
𝐀𝐯𝐫𝐢𝐥 𝟐𝟎𝟐𝟐

Par Valentin Degrange

L’affrontement des missiles : considérations balistiques sur la guerre en Ukraine

Le 24 février 2022, après quelques mois d’incertitude stratégique aux frontières russo-ukrainiennes, le président russe Vladimir Poutine a déclenché une offensive militaire en Ukraine. Cette attaque a confirmé les intentions agressives de la Russie qui avait amassé des forces militaires à la frontière ukrainienne depuis le mois de décembre 2021. Elle confirme également la concrétisation des efforts de la Russie pour demeurer une puissance majeure dans le domaine balistique.

𝐌𝐚𝐫𝐬 𝟐𝟎𝟐𝟐

Par Douglas Rocha

Les conséquences juridiques de la nucléarisation de la Biélorussie

Pays frontalier de l’Ukraine et de la Pologne, la Biélorussie vient de changer sa constitution pour devenir un État nucléarisé. Le référendum du 27 février 2022 a approuvé à plus de 65% les amendements constitutionnels proposés , actant ainsi la fin du statut antérieur du territoire biélorusse, jusqu’alors désigné comme une zone neutre et non-nucléaire. La version amendée devrait par ailleurs inclure un article excluant l’agression militaire depuis le territoire biélorusse, ce qui permettrait juridiquement un déploiement d’armes nucléaires de son alliée, la Russie.

𝐌𝐚𝐫𝐬 𝟐𝟎𝟐𝟐

Par Benoit Grémare